Tachkent est une des anciennes villes sur la Grande Route de la Soie, son histoire compte plus de 2200 ans. Les premiers renseignements sur la ville ont été apparus au II siècle avant J.C. dans des sources orientales où elle a porté de différents noms: Uni, Shash, Shash-Tépa. Les gens ont commencé à s’installer sur le lieu de Tachkent d’aujourd’hui il y a plusieurs siècles encore à l’âge de pierre. Grâce à sa situation avantageuse et au climat doux l’oasis de Tachkent a toujours été la proie désirée pour les armées d’envahisseurs: shakhinshakhs, Alexandre le Grand, nomades (yuetchji, huns blancs), arabes.
Depuis longtemps jusqu’à la conquête arabe au VIII s. les habitants étaient de religion zoroastrienne . Aujourd’hui encore des archéologues trouvent sur le territoire de la capitale et au-delà de ses limites des monuments de ce temps – des colonies-châteaux fortifiées, temples du Feu et de divinités zoroastriques, ainsi que des ossuaires (vases en argile pour enterrer des os humains). Le monument le plus important de ce temps est les Vestiges «Ming Urik», ruines de la ville ancienne deChach ayant existé du I s. au VIII s. de notre ère.
Après la destruction de Chach par les armées de Kuteyba ibn Mouslim la ville a été bâtie dans un autre endroit – sur la colline entre les places modernes de Khadra, Eski-Djuva et Tchorsu. La place principale de l’Ancienne ville – Tchorsu – est apparue au IX siècle et est devenue avec le temps le noud de transport original où des voies de commerce affluaient de toutes les grandes portes de la ville. Aujourd’hui on peut acheter ici de souvenirs magnifiques faits à la main d’argiles, du métal, khan-atlas, bijouteries. Mais Tchorsu est essentiellement connue et célèbre de nos jours par son grand marché avec l’abondance d’épices, de légumes, de fruits, dont des rangs disparates et parfumés réjouissent des hôtes par la diversité et par les prix abordables dans toutes les saisons de l’année.
Au XVI siècle fut construit ici un monument magnifique de l’architecture de moyen Âge – la madrasa Kukeldash, le plus grand institut islamique des 17 établissements de ce genre existant à Tachkent. Non loin de la madrasa se trouve la mosquée de vendredi qui brille par ses coupoles. Elle porte le nom de l’homme d’action le plus connu de l’époque desTemouridesKhodjaAkhrar (1404-1490), cheykh principal de l’ordre puissant de dervishs nakchbandi. Ici même, non loin de Tchorsu se trouve, peut-être, l’endroit le plus historique de Tachkent, la Place Khast-Imam, centre religieux de l’Ancienne ville. La place comprend la madrasa Barak-Khan, (XVI siècle), où se trouve le manuscrit le plus ancien de Coran du khalif Osman, livre saint de musulmans, monument le plus rare de l’histoire et de la culture islamique du milieu de VII siècle, madrasa Tilla-Cheykh, mausolée du saint Abu-Bakr Kaffali Shashi, protecteur de Tachkent, et l’Institut islamique imam al-Boukhari.
A Tachkent et à ses environs se trouvent encore quelques mausolées et ensembles où sont enterrés des musulmans respectés et hommes justes. Un d’eux est l’Ensemble Zangi-Ota, composé du grand jardin, mosquée, madrasa, minaret et mausolée de la femme du saint Ambar Bibi, construits aux XIV-XIX ss. Le début de la construction de l’ensemble a été fait par Amir Timour (Tamerlan) mais sa vue d’aujourd’hui n’est obtenue qu’au début du siècle passé, quand a été construits le minaret original. Aussi à l’ordre de Tamerlan à la fin de 14 s. On a construit un autre monument intéressant, l’Ensemble Cheykhantakhour, consacré à cheykh Khavendi Takhour, personnalité éminente du Moyen Âge, descendant du khalif Omar.
Tachkent se souvient du temps de l’épanouissement de l’Empire Russe quand la capitale a été une partie du gouvernorat général de Tourkéstan. De cette époque reste en héritage des monuments architecturaux des maîtres européens – le palais de Romanoff, construit selon le projet de Gueyntselman et Benoit en 1891. L’ancienne résidence du prince exilé Nikolaï Konstantinovitch Romanov se situe au centre de la ville à côtè du square d’Amir Temour. Aussi ont été conservés tels bâtiments comme le Corpus de Cadet, construit en 1905 (aujourd’hui s’y est installé le 1-er Institut d’Etat de Médecine de Tachkent), Ecole féminine de Mariinskiy, construite en 1910 (aujourd’hui c’est le bâtiment de l’Ambassade de France en Ouzbékistan), Gymnase féminin, construit en  1913 (aujourd’hui c’est l’Université Wetsminster), Ecole réelle, construite en 1898 (aujourd’hui c’est l’Agence des relations économique extérieures).
Le début de la reconstruction de Tachkent a été marqué par le tremblement destructeur de 1966, qui a changé l’apparence de la ville. Les maisons sans étage en argile ont été remplacés par les bâtiments à plusieurs étages soviétiques et des quartiers habitables tous entiers, régions-lits typiques. Dans les années de l’Indépendance le chantier global a transformé plusieurs quartiers de la ville aux centres en une infrastructure moderne comprenant les moyens de transport. Le plus grand intérêt de curiosités contemporaines est représenté par la Place d’Indépendance, square, musée des Temourides, Théâtre Bolchoï Académique d’opéra et du ballet Alisher Navoï (1939 ), Musée de locomotives, Zoo de Tachkent, mémorial en «Souvenir de victimes de répressions» et la place Bounedkor, ainsi que les parcs de distractions et de repos: Aquaparc, «Tachkent Land», Jardin botanique.
En vérité, Tachkent est une «Etoile de l’Orient- capitale de l’amitié et des peuples»!

Слайдер города TACHKENT

Copyright 2016 .