Le Kirghizistan est un pays d'Asie centrale. Extrêmement montagneux, peuplé à l'origine par des populations nomades, ancienne république de l'URSS, le Kirghizistan a obtenu son indépendance lors de l'effondrement de cette dernière en 1991. Les habitants s'appellent les Kirghizes et parlent le kirghize, une des langues turques. Le Kirghizistan est l’une des deux ex-Républiques socialistes soviétiques, avec le Kazakhstan, à avoir conservé le russe comme langue officielle. Le pays a, en plus de celle-ci, ajouté la langue kirghize peu après l’indépendance en septembre 1991. La langue kirghize appartient au groupe des langues turques. En 1924, un alphabet basé sur l'alphabet arabe fut introduit, remplacé par l'alphabet latin en 1928. En 1941, l'alphabet cyrillique fut définitivement adopté.
D’après un recensement de 2009, le kirghize se place en tête des langues parlées avec 71 % de locuteurs natifs, l’ouzbek en deuxième position avec 15 %, malgré son statut de langue officielle le russe n’occupe que la troisième place avec 9 % de locuteurs, les 5 % restants étant partagés par d’autres.
Le Kirghizistan est l’une des deux ex-Républiques socialistes soviétiques, avec le Kazakhstan, à avoir conservé le russe comme langue officielle. Le pays a, en plus de celle-ci, ajouté la langue kirghize peu après l’indépendance en septembre 1991. La langue kirghize appartient au groupe des langues turques. En 1924, un alphabet basé sur l'alphabet arabe fut introduit, remplacé par l'alphabet latin en 1928. En 1941, l'alphabet cyrillique fut définitivement adopté.
D’après un recensement de 2009, le kirghize se place en tête des langues parlées avec 71 % de locuteurs natifs, l’ouzbek en deuxième position avec 15 %, malgré son statut de langue officielle le russe n’occupe que la troisième place avec 9 % de locuteurs, les 5 % restants étant partagés par d’autres.
La religion principale est l'islam sunnite, de l'école hanafite. Mais la pratique religieuse musulmane est marquée également par les influences du chamanisme, existant antérieurement à l'islam, et du soufisme.
Sa capitale, qui est également sa plus grande ville, est Bichkek. Il est encadré par le Kazakhstan au nord, l’Ouzbékistan à l’ouest, le Tadjikistan au sud-ouest, et la Chine au sud-est et à l’est. D’une superficie de 198 500 km2, le pays est totalement enclavé et ne possède pas d’accès à la mer.
Le pays est presque entièrement montagneux. Ces zones montagneuses divisent le pays en deux, le Nord-Est et le Sud-Ouest ; ces deux parties ne communiquent que par des cols situés à plus de 2 700 m d'altitude. Les principales villes du Kirghizistan se situent dans les zones les plus basses du pays.
Au nord-est, le lac Issik Koul forme une petite mer intérieure de 6 332 km2 à 1 620 m d'altitude. Profond de 702 m, le lac est légèrement salé et ne gèle pas en hiver. Son nom, Issik Koul, signifie d'ailleurs en kirghize « lac chaud », et il est en partie alimenté par des sources chaudes.
Au sud-est, la chaîne des Tian Shan marque la frontière avec la Chine et culmine à 7 439 m avec le pic Pobedy (« victoire » en russe), qui est le point culminant du pays.
À l’ouest et au sud-ouest du pays, la vallée du Fergana est prise en tenaille par les chaînes du Fergana (au nord-est de la vallée) et du Pamir Alay (ou monts Alaï, au sud). La vallée est notamment le réceptacle de la puissante rivière Naryn, qui traverse la totalité du pays depuis les hauteurs des Tian Shan au nord-est du pays.
Le sud (bordé par le Pamir Alay) de la vallée du Fergana constitue l’autre foyer de peuplement. On y trouve les villes d’Och et de Jalal-Abad, ainsi que le point le plus bas du Kirghizistan, la vallée du Kara-Darya (la seconde source ou un affluent du Syr-Darya), à 132 m d'altitude.
Tourisme
Depuis 2012 les voyageurs de quarante pays (dont la France, la Belgique et la Suisse) sont dispensés de visa pour les séjours touristiques et d’affaires de moins de 60 jours. Le Kirghizistan interdit aux personnes étrangères HIV séropositives d'obtenir un permis de travail.
Le Kirghizistan constitue une destination encore peu pratiquée, mais très appréciée pour le tourisme d'aventure et nature : alpinisme, paralpinisme, héliski, trekking, randonnées à cheval, rafting, VTT, et chasse.
Les principaux sites présentant un attrait touristique sont :
le lac Issyk Koul à 1 600 m d'altitude, à l'est du pays ;
le lac de haute montagne Son Koul à 3 000 m, région de Naryn ;
le glacier Inylchec et les sommets Pic Pobedy (Victoire en russe) à 7 439 m et Khan Tengri à 7 010 m, aux frontières chinoises et kazakhes ;
le pic Lénine à 7 134 m, à la frontière avec le Tadjikistan ;
le site du caravansérail de Tach Rabat 3 200 m, province de Naryn ;
le plus grand site de pétroglyphes d'Asie centrale de Saïmaly-Tach, à proximité de Kazarman, région de Jalal-Abad et celui de Tcholponata sur le lac Issyk-Koul.
le village d'Arslanbob, au cœur de l'unique massif forestier constitué de noyers, province de Jalal-Abad ;
les villes d'Ouzgen et Och, au sud du pays.
Burana, site archéologique, ancienne capitale d'Asie centrale, reste le minaret et fondations d'un mausolée, près de Tokmak
le lac de Merzbacher, lac de glacier se vidant deux à quatre fois par an
les Syrthes (hauts plateaux, à partir de 3 500 m d'altitude), à partir de l'est vers l'ouest : Syrthe Sary Jaz, Syrthe Ak-Chirak, Syrthe Ak-Saï
la gorge de Konorchek (province d'Issyk Koul)
le canyon de la Kekemeren (province de Naryn)
Identité culturelle
Traditionnellement un peuple nomade, les Kirghizs restent attachés à ces traditions. Elles comprennent notamment les artisanats liés à la fabrication et à la décoration de la yourte, faite d'épaisses toiles de feutre. Le cheval occupe une grande place dans l'art, l'imaginaire et la symbolique collective. Ainsi le Kok borou et l'Oulak tartysh, deux variantes du jeu équestre du « bouc écorché », sont restés des sports très populaires.
L'épopée et le poème mélodique improvisé sont les expressions artistiques par excellence. Ce dernier est accompagné au moyen d'un instrument à trois cordes, le komouz, et peut faire l'objet de joutes entre deux orateurs, les aïtysh. L'épopée Manas, phénomène littéraire par son volume et son emphase, transmise et enrichie sur plusieurs siècles par la tradition orale, fait la fierté d'un peuple qui connaît actuellement un processus de réappropriation de ses racines historiques et mythologiques.
Littérature
La littérature kirghiz reste principalement orale jusqu'au xxe siècle, avec des récits épiques nationaux, guerriers et lyriques, tels que Manas, Kedeï-khan ou Kourmanbek.
Dans le domaine de la littérature écrite, se détache la figure de Tchinguiz Aïtmatov, auteur de nombreux livres, traduits en plusieurs langues, notamment Jamilia, Le premier maître, Il fut un blanc navire, Une journée plus longue qu'un siècle et Les rêves de la louve.

Copyright 2016 .