Inscrit en 2016 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité
© 2015 by Republican Scientific-Methodological Center for Folk Art
Selon un dicton ouzbek, les invités ne peuvent prendre congé de leurs hôtes que lorsque ces derniers leur ont offert le palov. La tradition et la culture du palov constituent une pratique sociale qui repose sur la préparation d’un plat traditionnel commun à toutes les communautés rurales et urbaines d’Ouzbékistan. Les ingrédients de ce plat sont le riz, la viande, les épices et les légumes. En plus d’être régulièrement consommé, il représente aussi un geste d’hospitalité et est servi lors d’occasions spéciales telles que les mariages ou le Nouvel An, pour aider les personnes défavorisées ou rendre hommage à des proches défunts. Le palov peut également accompagner des événements comportant d’autres rituels, comme des prières et des interprétations de musique traditionnelle. Ce plat est préparé par des hommes et des femmes de tout âge et de toute catégorie sociale. Les connaissances et les savoir-faire associés à cette pratique sont transmis des anciennes aux jeunes générations, de façon formelle ou informelle, suivant un modèle maître-apprenti ou par démonstration et participation dans les familles, entre pairs, dans des institutions de la communauté, des organisations religieuses et des établissements d’enseignement professionnel. La préparation et le partage de ce plat traditionnel permettent de renforcer les liens sociaux, de promouvoir des valeurs telles que la solidarité et l’unité, et de perpétuer des traditions locales qui font partie intégrante de l’identité culturelle de la communauté.

Inscrit en 2016 (11.COM) sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Selon un dicton ouzbek, les invités ne peuvent prendre congé de leurs hôtes que lorsque ces derniers leur ont offert le palov. La tradition et la culture du palov constituent une pratique sociale qui repose sur la préparation d’un plat traditionnel commun à toutes les communautés rurales et urbaines d’Ouzbékistan. Les ingrédients de ce plat sont le riz, la viande, les épices et les légumes. En plus d’être régulièrement consommé, il représente aussi un geste d’hospitalité et est servi lors d’occasions spéciales telles que les mariages ou le Nouvel An, pour aider les personnes défavorisées ou rendre hommage à des proches défunts. Le palov peut également accompagner des événements comportant d’autres rituels, comme des prières et des interprétations de musique traditionnelle. Ce plat est préparé par des hommes et des femmes de tout âge et de toute catégorie sociale. Les connaissances et les savoir-faire associés à cette pratique sont transmis des anciennes aux jeunes générations, de façon formelle ou informelle, suivant un modèle maître-apprenti ou par démonstration et participation dans les familles, entre pairs, dans des institutions de la communauté, des organisations religieuses et des établissements d’enseignement professionnel. La préparation et le partage de ce plat traditionnel permettent de renforcer les liens sociaux, de promouvoir des valeurs telles que la solidarité et l’unité, et de perpétuer des traditions locales qui font partie intégrante de l’identité culturelle de la communauté.